AccueilPresseContact
 
Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth - Namur | Accueil
Infos pratiquesServices et médecinsExamens
Nous connaîtreHospitalisationConsultations

CMSE - Imagerie médicale
Foyer Saint-François
Résidence Les Lauriers
Fondation Sainte-Elisabeth
Réseau Santé Wallon
Caritas - Hôpital Solidaire
Solidarité & Espoir
Services et médecins > Services médicaux > Gastro-entérologie > Examens > Gastroscopie

Gastroscopie

Nous regroupons sous ce terme :

  • l'œsophagoscopie
  • la gastroscopie
  • la duodénoscopie
  • la jéjunoscopie

Définition

La gastroscopie est l'introduction par la bouche d'un appareil optique souple (avec une source de lumière froide externe), pour examiner l'œsophage, l'estomac et le duodénum (parfois le début du jéjunum, surtout pour faire des prélèvements). Cela permet de visualiser les lésions, les photographier et les biopsier.
Il est également possible d'effectuer un traitement :

  • arrêter la source de saignement
  • scléroser des varices œsophagiennes
  • dilater l'œsophage ou le pylore
  • utilisation du laser

Lieu et durée de l'examen

B2 (consultation de Médecine Interne).
Durée : 5 à 10 minutes ; cela peut être plus long, en cas d'hémorragie notamment.
Examen le plus souvent réalisé le matin.
N.B. : pour les bébés et les petits enfants (jusque 6-7 ans), sous anesthésie générale en salle d'opération.

Précautions avant l'examen (conseils, effets secondaires)

Il est important de signaler au médecin opérateur que le patient prend des anticoagulants (car alors le médecin ne peut pas effectuer de biopsies).
Si le patient est diabétique, porteur de B.K., d'hépatite, de SIDA ou est séropositif : à signaler pour une question d'organisation de programme (éviter contamination).

Préparation spécifique

La veille (dès 20 heures environ) : à jeun de nourriture et de boisson.
Le jour de l'examen :
rester à jeun strict,
ne pas fumer.
Avant de quitter le service d'hospitalisation :
effectuer la prémédication (le plus souvent),
ôter dentiers.
N.B. : pour l'utilisation du ROBINUL® il faut se renseigner si le malade n'a pas de problème de glaucome ou de prostate.
Dans la salle d'examen :
anesthésie laryngée (pour supprimer le réflexe nauséeux).
N.B. : pour la sclérose de varices, il faut une perfusion, et que le malade soit en lit.

Déroulement de l'examen

Examen non douloureux et non traumatisant.
Patient couché en décubitus latéral gauche, position relax.
Après avoir anesthésié la gorge, le médecin introduit l'endoscope dans la bouche du patient et lui demande de déglutir, afin de parvenir dans l'œsophage. Une fois dans l'œsophage, le tube est passé progressivement (sans forcer) dans l'estomac ou le duodénum.

L'infirmière se tient à la tête du malade et maintient sa tête en antéflexion (position physiologique habituelle) :
en cours d'examen, l'infirmière doit veiller à ce que le protège-dents, qui évite les morsures de l'endoscope, reste bien en place,
pour un bon déroulement de l'examen, un point important est que le malade respire calmement. Ceci n'étant pas d'emblée facile pour le patient, l'infirmière le lui rappellera pendant l'examen, si nécessaire.

Surveillance après examen

Etat général :
suivant prémédication et médications reçues pendant l'examen (cfr feuille de route).
Rester sans boire ni manger pendant le temps de l'anesthésie laryngée :
XYLOCAINE (spray) : 1 h 30
HURRICAINE (spray) : 30 '
ceci est valable aussi pour un autre examen qui serait à effectuer après une gastroscopie.
Après sclérose de varices œsophagiennes :
suivre la feuille de route (ou ordres médicaux) en priorité.
En général :
surveiller pulsations/tension artérielle + état hémorragique toutes les ½ heure pendant 3 heures, puis toutes les 3 heures jusqu'au lendemain matin,
suivre température le soir et le lendemain matin,
rester couché jusqu'au soir,
régime mou pendant plusieurs jours (heure du premier repas autorisé après l'examen et accord médical : souvent +/- 18 heures) ; sinon, à jeun jusqu'au lendemain matin,
si douleur thoracique ou dyspnée, le signaler au médecin.
Après traitement au LASER (œsophage):
surveillance hémorragique + pulsations et tension artérielle toutes les heures jusqu'au soir, puis toutes les 3 heures jusqu'au lendemain matin,
surveiller état respiratoire.
Après dilatation œsophagienne :
même surveillance que pour une sclérose de varices œsophagiennes : pulsations/tension artérielle et état hémorragique,
patient peut se lever,
voir s'il peut ou non manger (selon diamètre dilatation),
souvent régime liquide entre les diverses séances de dilatation,
respiration : risque important de fissuration (emphysème, pneumothorax).

Effets secondaires

Parfois gêne laryngée pendant un ou deux jours.
Somnolence due aux calmants.
Quand utilisation de Dormicum®, il y a un "blanc" de mémoire car celle-ci ne se fixe pas pendant l'action du médicament : répéter au patient qu'il ne peut ni boire ni manger.
Dérivé atropinique : rétention urinaire.

La jéjunoscopie

Permet de faire des biopsies jéjunales.
Celles-ci se font au cours d'un examen de gastroscopie où le médecin amène l'endoscope jusqu'au début du jéjunum et où il fait les prélèvements.
Pour les enfants : sous anesthésie générale en salle d'opération.
Pour les adultes : au B2.
 

Centre
Evénements
Emplois et stages
Plans
Nos publications
Accueil | Plan du siteFAQ
Vie privéeCopyrightHONcodeWebmaster