AccueilPresseContact
 
Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth - Namur | Accueil
Infos pratiquesServices et médecinsExamens
Nous connaîtreHospitalisationConsultations

CMSE - Imagerie médicale
Foyer Saint-François
Résidence Les Lauriers
Fondation Sainte-Elisabeth
Réseau Santé Wallon
Caritas - Hôpital Solidaire
Solidarité & Espoir
Services et médecins > Services médicaux > Soins intensifs > Appareillage & Techniques

 Appareillage & Techniques
  



Appareillage spécifique et techniques de surveillance | Service des Soins intensifs

Monitoring

Ecran de contrôle permettant une surveillance continue de :

  • La fréquence et rythme cardiaque ;
  • La tension artérielle.  Celle-ci peut se mesurer automatiquement par intervalles réguliers via un brassard classique, ou en continu par un cathéter (tuyau) artériel ;
  • L'oxygénation du sang, par un doigtier relié au monitoring ;
  • La température corporelle du patient ;
  • Parfois, des mesures de pressions spécifiques, requérant des cathéters appropriés (Picco, Swan-Ganz , voie centrale ...).

Ce monitoring comporte des alarmes, qui sonneront si les valeurs observées sont anormales, mais aussi quand il y a artefact ou mauvais signal.

Oxygénation

Souvent, un apport supplémentaire d'oxygène est administré au patient via :

  • Une sonde à oxygène, introduite dans une narine du patient ou des « lunettes » à oxygène ;
  • Un masque à oxygène, parfois avec réservoir ;
  • Un masque étanche, utilisé de façon ponctuelle (CPAP, BiPAP) ;
  • Un respirateur, qui permet de remplacer ou d'assister la respiration du patient. Dans ce cas précis, le patient est "intubé".  Un tube, placé dans la trachée du  patient, permet l'assistance respiratoire, mais l'empêche de parler. Dans de telles situations, le patient est souvent partiellement ou totalement endormi par des médicaments. Le service dispose de respirateurs ultramodernes, permettant l'utilisation de tous les modes ventilatoires habituels ;
  • Dans certains cas bien précis, le patient a une trachéostomie, qui peut éventuellement être reliée au respirateur.

Alimentation

L'alimentation fait partie intégrante du traitement du patient, et est extrêmement importante aux Soins Intensifs. En effet, une alimentation précoce et adaptée apporte l'énergie nécessaire à la guérison, mais permet aussi de lutter contre certaines complications (infections...). En pratique, le patient est alimenté :

  • Normalement (régime adapté, plus suppléments nutritionnels) ;
  • Par sonde gastrique (tuyau placé dans l'estomac en passant par le nez). Cette sonde permet en outre de pouvoir vidanger l'estomac si nécessaire ;
  • Par perfusions (alimentation parentérale via une voie centrale).

En plus de l'alimentation standard, le patient reçoit des suppléments nutritionnels (vitamines, sels minéraux, oligo-éléments...).

Perfusions

Dans la plupart des cas, le patient est perfusé ce qui lui permet d'être correctement hydraté. Ces perfusions sont administrées via des cathéters (tuyaux) :

  • Cathéters périphériques, généralement situés au niveau des bras ou des mains ;
  • Voies centrales, situées au niveau du cou, du haut du thorax ou du pli de l'aine. Ces voies d'accès permettent en outre d'administrer certains médicaments (notamment via  des pompes à perfusion), ou l'alimentation parentérale. Elles permettent aussi de faire des prises de sang quotidiennes.

Sonde urinaire

Souvent, une sonde urinaire est nécessaire. En pratique, cette sonde est placée dans la vessie du patient, et permet ainsi d'en récolter les urines. Reliée à un sac collecteur, elle permet de quantifier le volume d'urine généré par le patient, et de pouvoir en faire certaines analyses biologiques.

Epuration extra-rénale

Parfois, les reins du malade n'assurent plus leur rôle, et l'on doit recourir à des techniques permettant de suppléer la fonction rénale. Deux techniques utilisant un rein artificiel sont utilisées :

  • La dialyse conventionnelle, qui se déroule en séances ponctuelles, pluri-hebdomadaires ;
  • L'hémofiltration, analogue à une dialyse, mais en continu , 24h/24.

Dans les deux cas, un  cathéter spécial est utilisé.

Prises de sang

Elles sont effectuées environ 3 fois par jour via un cathéter artériel ou la voie centrale, permettant ainsi de ne pas devoir piquer le patient à chaque fois  (sauf exceptions).

Analgésie  ( gestion de la douleur )

Combattre la douleur est un soucis prioritaire et permanent de l'équipe médico-infirmière. Diverses techniques et médications sont à notre disposition permettant d'obtenir un confort maximal. Ainsi, le patient bénéficiera selon les cas :

  • D'une administrations d'antidouleur puissant par voie orale ou intraveineuse ;
  • De la possibilité de contrôler lui-même son analgésie (Pompes PCA ou PCEA) ;
  • D'une péridurale.

Drainage

Après une intervention chirurgicale, la patient a un ou plusieurs drains, permettant l'évacuation de liquides biologiques. Ces drains sont généralement enlevés dans les jours qui suivent l'intervention.

Certaines pathologies ou chirurgies thoraciques requièrent un drain thoracique, qui permet l'évacuation de liquides biologiques mais aussi d'air autour du poumon. Le drain thoracique est relié à un bac collecteur spécifique.

Contentions

Certains patients sont attachés, pour leur sécurité. En effet, le séjour au Soins Intensifs est parfois marqué par une altération du comportement et de la personnalité (désorientation, agitation).  Ces patients ont tendance à vouloir enlever les cathéters et tuyaux qui les entourent, voire à s'auto-extuber, ce qui peut-être très dangereux. C'est pourquoi certains patients ont les mains attachées via des « menottes ».

Ces phénomènes de désorientation et d'agitation sont les conséquences de la pathologie sous-jacente, de la sédation, du changement d'environnement...

Cet état est dans la plus grande majorité des cas réversible et sans conséquences.  L'utilisation de ces contentions est ciblée et pour une période limitée.

Isolement

Certaines situations (infections, immunodépression...) nécessitent des mesures d'isolement spécifiques pour certains patients.  Dans ce cas de figure, ces mesures d'isolement (désinfection des mains, port de blouse, gant, masque, chambre isolée...) sont obligatoires pour le personnel soignant mais aussi pour les familles.  Un message à l'entrée de la chambre vous le signalera.

Autre matériel spécifique

  • Picco et Swan-Ganz : appareils de mesure de l'activité cardiaque et de l'hémodynamique ;
  • Contre-pulsion aortique : assistance cardiaque.
    - Pace-maker externe temporaire : « pile » , assistance cardiaque ;
    - Matelas alternating : matelas anti-escarres , l'ensemble des lits de l'unité en est équipé .  Ces matelas comportent des "boudins" qui se gonflent et se dégonflent en alternance, et participent de ce fait à la protection contre les escarres.
Centre
Evénements
Emplois et stages
Plans d'accès
Nos publications
Accueil | Plan du siteFAQ
Vie privéeCopyrightHONcodeWebmaster