AccueilPresseContact
 
Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth - Namur | Accueil
Infos pratiquesServices et médecinsExamens
Nous connaîtreHospitalisationConsultations

CMSE - Imagerie médicale
Foyer Saint-François
Résidence Les Lauriers
Fondation Sainte-Elisabeth
Réseau Santé Wallon
Caritas - Hôpital Solidaire
Solidarité & Espoir
Services et médecins > Services médicaux > Gynécologie et Obstétrique > Information médicale > Induction (ou déclenchement)

 Induction (ou déclenchement)
  



Induction (ou déclenchement)

Qu'est-ce qu'un déclenchement ?

Le déclenchement consiste à provoquer des contractions de l'utérus pour faire démarrer le travail (c'est-à-dire le processus qui aboutit à l'accouchement). Lorsqu'il n'y a pas de raison médicale pour provoquer l'accouchement, on appelle cela (selon les équipes) un déclenchement "de convenance" ou "de principe" ou encore un "accouchement programmé".

Cette technique présente des avantages pour l'organisation des familles (présence du père, garde des enfants, transport sans précipitation à la maternité). Par contre, il n'existe pas à ce jour de bénéfice médical démontré. La décision définitive sera prise par un gynécologue-obstétricien.

Comment se déroule un déclenchement ?

Les conditions nécessaires pour réaliser un déclenchement sont :

  • une grossesse d'au moins 39 semaines d'aménorrhée (environ 8 mois et demi) ;
  • un col de l'utérus favorable (col ramolli, raccourci et déjà un peu ouvert).

Lorsque ces conditions sont réunies, l'évolution du travail (durée, douleur, anesthésie péridurale, éventualité d'une césarienne, état de l'enfant à la naissance) n'est pas différente de celle d'un accouchement qui se déclenche spontanément.

En pratique

Vous serez admise à la maternité soit la veille au soir, soit le matin même du déclenchement, dans ce dernier cas, vous devrez vous présenter à jeun (sans avoir mangé ni bu à partir de minuit).

La méthode de déclenchement la plus répandue comporte une perfusion d'ocytocine (le Syntocinon®), produit qui provoque des contractions, associée à une rupture artificielle de la poche des eaux. Certaines équipes utilisent dans cette situation des prostaglandines par voie vaginale.

Ce texte est largement inspiré des recommandations du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF).
Centre
Evénements
Emplois et stages
Plans d'accès
Nos publications
Accueil | Plan du siteFAQ
Vie privéeCopyrightHONcodeWebmaster