AccueilPresseContact
 
Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth - Namur | Accueil
Infos pratiquesServices et médecinsExamens
Nous connaîtreHospitalisationConsultations

CMSE - Imagerie médicale
Foyer Saint-François
Résidence Les Lauriers
Fondation Sainte-Elisabeth
Réseau Santé Wallon
Caritas - Hôpital Solidaire
Solidarité & Espoir
Services et médecins > Services médicaux > Radiothérapie oncologique > Techniques particulières

 Techniques particulières
  



Techniques particulières | Service de Radiothérapie oncologique

Radiothérapie 3D ou conformationnelle

La radiothérapie conformationnelle est une technique de traitement utilisée quotidiennement dans le service. Elle exploite les données du scanner pour reconstruire une image en trois dimensions et utilise des appareils de nouvelle génération équipés de collimateurs multilames, adaptant les champs d'irradiation à la forme exacte de la tumeur, au moyen d'un « tir croisé ». Elle permet ainsi de délivrer la dose souhaitée dans un volume défini avec précision (de forme plus ou moins complexe) tout en épargnant le plus possible les tissus sains et les organes à risque environnant.

Intensity Modulated Radiation Therapy (IMRT) / Volumetric Arc Therapy (VMAT ou RapidArc®)

Couramment pratiquée dans notre service, l'IMRT ou radiothérapie conformationnelle par modulation d'intensité se distingue par la variation de l'intensité des faisceaux en cours d'irradiation grâce à des systèmes de collimation dynamique. Sans avoir à entrer dans la salle, il est possible de faire varier rapidement la forme du faisceau pendant le traitement, selon une programmation définie à l'avance.

L'Arcthérapie (Technique RapidArc® délivrée par Varian) se présente comme une évolution majeure du traitement en radiothérapie externe par modulation d'intensité. Ces dispositifs sont mobiles et délivrent les rayonnements en tournant autour du patient. En effet, cette solution innovante utilisée en routine dans notre service permet de délivrer une radiothérapie de très haute qualité en un temps de traitement très sensiblement réduit par rapport aux techniques précédemment utilisées. Cela permet d'optimiser le contrôle et d'adapter plus précisément la dose en fonction de la taille, de la forme et de l'emplacement de la tumeur. En une seule rotation de 360 degrés, l'arcthérapie permet de délivrer une radiothérapie conformationnelle par modulation d'intensité précise et complexe.

Ces techniques permettent de « sculpter » de façon ultra précise la dose au volume à irradier. Elles représentent donc un avantage certain pour les régions difficiles à traiter du fait de la complexité des structures anatomiques voisines et/ou de la proximité de tissus très sensibles telles que les voies aérodigestives supérieures, où les tumeurs sont très proches d'organes vitaux comme la moelle épinière. Au final, la tumeur est mieux irradiée et les tissus sains sont mieux préservés.

IGRT ou Image Guided Radiation Therapy

L'IGRT ou radiothérapie guidée par l'image est une technique de haute précision basée sur le repérage en trois dimensions de la zone à irradier à l'aide d'images soit radiographiques, soit tomodensitométriques (càd de type « scanner »). On définit les coordonnées dans l'espace des différentes structures à irradier. Il est alors possible, en positionnant le patient au millimètre près, de faire converger des faisceaux de photons au centre de la lésion, et d'y délivrer la dose de rayonnements tout en épargnant les tissus sains environnants.

Irradiation corporelle totale ouTBI (Total Body Irradiation)

L'irradiation corporelle totale consiste à irradier par des rayons X la totalité du corps. Elle précède ou fait suite à une chimiothérapie intensive afin de préparer l'organisme à recevoir une greffe de moelle osseuse ou de cellules souches.

Son but est d'éliminer les cellules malades et de favoriser la prise du greffon en diminuant les défenses immunitaires (diminution des globules blancs, rouges et des plaquettes : aplasie)

Curiethérapie

Ce traitement consiste à mettre directement en contact avec la tumeur des sources radioactives.

Il existe deux types de curiethérapie :

  • la curiethérapie interstitielle qui consiste à implanter des sources radioactives (sources d'iridium) à l'intérieur des tissus (peau, sein, prostate, etc.) ;
  • la curiethérapie endocavitaire qui consiste à placer des sources dans des cavités naturelles (vagin, bronches...). Avec cette technique, il est possible de délivrer une dose élevée directement au contact de la tumeur tout en limitant l'irradiation des tissus sains.

Le principal avantage de la curiethérapie est donc sa faible toxicité pour les organes proches de la tumeur.

La curiethérapie requiert un équipement et une formation spécialisés, c'est pourquoi il est possible qu'elle ne soit pas offerte dans tous les centres de traitement en Belgique.

Applications

  • Prostate
  • Col utérin
  • Utérus
  • Peau
  • Bronche
  • Sein
  • Œsophage

La curiethérapie de la prostate consiste en l'implantation permanente de grains radioactifs d'iode 125 (ou de palladium103). Cette implantation est systématiquement effectuée en duo, par un radiothérapeute et un chirurgien urologue. Sous anesthésie générale, le chirurgien commence par introduire une série d'aiguilles à la périphérie de la prostate.

Ces dernières servent ensuite au radiothérapeute pour injecter les grains radioactifs. La dose d'irradiation distribuée est mesurée en parallèle à l'aide d'une sonde (échographe) directement reliée à un ordinateur. A partir de ces premiers calculs, le radiothérapeute planifie le nombre et la position de grains supplémentaires à ajouter.

L'avantage de cette technique est de délivrer une dose élevée au niveau de l'ensemble de la prostate tout en limitant les atteintes au niveau des tissus avoisinants. En revanche, cette technique très ciblée ne permet pas de traiter correctement d'éventuelles extensions tumorales au-delà de la prostate.

Radiothérapie stéréotaxique

La radiothérapie stéréotaxique est un type spécifique de radiothérapie externe.

Stéréo signifie en 3 dimensions (3D) et taxique signifie toucher. La radiothérapie stéréotaxique permet de diriger des faisceaux de radiation vers une région très précise du corps.

On peut administrer la radiothérapie stéréotaxique de 2 façons :

  • Lors d'une radiochirurgie stéréotaxique, on émet une seule dose élevée de radiation vers la tumeur (fraction unique). Contrairement à ce que la dénomination suggère, ce traitement ne comporte pas de chirurgie puisqu'on ne fait pas d'incision (coupure) et que du tissu n'est pas enlevé par voie chirurgicale, mais il a une précision équivalente à celle obtenue par chirurgie ;
  • Lors d'une radiothérapie stéréotaxique fractionnée, on émet de plus faibles doses de radiation qu'on administre en plusieurs séances (fractions multiples) jusqu'à ce qu'on atteigne la dose totale désirée.

La radiothérapie stéréotaxique requiert un équipement et une formation spécialisés.  Il est possible qu'elle ne soit pas offerte dans tous les centres de traitement en Belgique.  Notre service permet de délivrer ce type de traitement grâce à un personnel médical et para-médical formé disposant d'un équipement moderne dédicacé.

En 2015, notre service a été audité pour la radiothérapie stéréotaxique par un panel d'experts internationaux indépendants et a reçu l'accréditation  Brainlab.  Cette accréditation est un gage de qualité et de sécurité supplémentaire pour les patients qui reçoivent ce type de traitement particulier.

Applications

  • Métastases cérébrales
  • Tumeurs bégnines crâniennes (schwannome ou neurinome, méningiome, adénome hypophysaire)
  • Malformations artério-veineuses vasculaires cérébrales
  • Métastases hépatiques / hépatocarcinome
  • Tumeurs pulmonaires / métastases pulmonaires
  • Métastases osseuses de la colonne
  • Métastases osseuses ailleurs que dans la colonne

NB : Chaque traitement de radiothérapie stéréotaxique (comme tous ceux de radiothérapie) fait l'objet d'une revue systématique multidisciplinaire du dossier afin d'établir l'indication thérapeutique.

Contrôle de la respiration

En cas de nécessité de délivrer des rayons au niveau du sein gauche, il peut être difficile de protéger le coeur sans compromettre le traitement du volume à traiter. Le fait de retenir plus d'air dans ses poumons (+/- 12 à 15 secondes) permet d'écarter le coeur du faisceau de traitement. Notre service est pionnier dans ce type de traitement puisque cette technique appelée « inspiration bloquée » est appliquée depuis 2003.  La précision de cette manoeuvre est contrôlée en continu par caméra vidéo et par imagerie embarquée.  Nous sommes un des rares services dans le monde à proposer cette technique en routine.

Radiothérapie pédiatrique

Chaque année, en Belgique, environ 320 enfants (0-14 ans) et 175 adolescents (15-19 ans) développent un cancer.  Les leucémies, tumeurs cérébrales, lymphomes et carcinomes sont les cancers pédiatriques les plus fréquents.  En moyenne, 1/3 de ces enfants bénéficient d'une radiothérapie en complément d'une chimiothérapie ou d'une chirurgie.  Depuis plusieurs années, notre service a développé l'expertise nécessaire à la prise en charge de ces jeunes patients : les technique de pointe telles que l'IMRT, Arc thérapie, radiothérapie stéréotaxique, radiochirurgie, technique d'inspiration bloquée.... sont utilisées afin de garantir l'efficacité et la sécurité du traitement tout minimisant les effets secondaires à long terme (troubles de la croissance ou du développement cognitif, déficit endocrinien, cancers secondaires).  En cas de nécessité (très jeunes enfants), les séances de radiothérapie peuvent être administrées sous anesthésie générale (sédation par Diprivan) en présence de nos confrères anesthésistes.

Aussi, nous accordons beaucoup d'importance à l'accueil et la mise en confiance des jeunes patients : notre ours mascotte Paddy les accompagne tout au long de leur parcours dans notre service et une salle d'attente (salle de jeux) leur a été spécialement aménagée.

 

Centre
Evénements
Emplois et stages
Plans d'accès
Nos publications
Accueil | Plan du siteFAQ
Vie privéeCopyrightHONcodeWebmaster