AccueilPresseContact
 
Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth - Namur | Accueil
Infos pratiquesServices et médecinsExamens
Nous connaîtreHospitalisationConsultations

CMSE - Imagerie médicale
Foyer Saint-François
Résidence Les Lauriers
Fondation Sainte-Elisabeth
Réseau Santé Wallon
Caritas - Hôpital Solidaire
Solidarité & Espoir
Services et médecins > Services médicaux > Cardiologie > Traitements > Infarctus du myocarde

Traitement de l'infarctus de myocarde

Il faut distinguer deux phases dans le traitement de l'infractus du myocarde.

Le traitement de la phase aiguë

Les moyens mis en oeuvre consistent essentiellement à se concentrer sur la dissolution d'un caillot (thrombolyse) ainsi que l'angioplastie coronaire.

Concernant la dissolution du caillot, l'administration de certains médicaments (héparines) doit faire en sorte de détruire le caillot de sang qui est responsable de l'obstruction d'une ou de plusieurs artères coronaires.

Cette intervention n'est toutefois efficace que si elle est mise en route durant les six premières heures suivant l'apparition des premiers symptômes.

L'angioplastie coronaire consiste à introduire un ballonnet gonflable dans une artère coronaire à travers une sonde et de le gonfler à hauteur du rétrécissement vasculaire.

Afin d'éviter une récidive, il est aujourd'hui fréquent de mettre en place un stent (une armature de métal tressé) au niveau de l'ancien rétrécissement.

Le traitement de long cours

Le traitement de long cours est un traitement médicamenteux qui fait essentiellement appel aux substances suivantes :

  • Les IEC qui appartiennent à la classe des substances vasodilatatrices permettent une diminution de la résistance contre laquelle la "pompe cardiaque" doit lutter et donc une réduction de la charge de travail du coeur.
  • Les bêtabloquants inhibent la libération des hormones de stress qui provoquent une accélération du rythme cardiaque. Le coeur peut ainsi travailler de manière plus économique et utilise moins d'oxygène.
  • Les statines abaissent la cholestérolémie (le taux de lipides dans le sang), s'opposant ainsi au dépôt de cholestérol dans les vaisseaux et donc au développement d'une athérosclérose.
  • Les dérivés nitrés qui assurent la dilatation des veines et des artères coronaires, réduisant ainsi la charge de travail du coeur.
  • Les antiagrégants plaquettaires s'opposent à la formation de thrombus artériels ou coronaires (agglutination de plaquettes sanguines) qui peuvent provoquer le rétrécissement, voire une nouvelle occlusion des artères coronaires.

Dans les cas de maladie coronaire extrêmement grave, le médecin approuvera la réalisation d'un pontage coronarien.
 
 
 
 
 
 

Centre
Evénements
Emplois et stages
Plans
Nos publications
Accueil | Plan du siteFAQ
Vie privéeCopyrightHONcodeWebmaster