AccueilPresseContact
 
Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth - Namur | Accueil
Infos pratiquesServices et médecinsExamens
Nous connaîtreHospitalisationConsultations

CMSE - Imagerie médicale
Foyer Saint-François
Résidence Les Lauriers
Fondation Sainte-Elisabeth
Réseau Santé Wallon
Caritas - Hôpital Solidaire
Solidarité & Espoir
Services et médecins > Services médicaux > Cardiologie > Information médicale > Fibrillation auriculaire

Fibrillation auriculaire
 

Définition

La fibrillation auriculaire est l'une des arythmies les plus fréquentes. L'oreillette se contracte de manière tout à fait désordonnée, on parle de contraction vermiculaire; le rythme des contractions oscillent entre 350 et 600/min.
Sa prévalence augmente avec l'âge : 0.5% entre 50-60 ans, 8 à 10% après 80 ans.
Le risque de formation de caillots dans l'oreillette est élevé en raison de la stase sanguine à l'intérieur de celle-ci. Des petits bouts de caillots peuvent se détacher (= embols) et passer dans la circulation générale via l'aorte et aller boucher un petit vaisseau artériel dans le cerveau (accident vasculaire cérébral), dans le rein (insuffisance rénale) ou ailleurs. Le médecin  prescrira des médicaments fluidifiant le sang, pour empêcher un caillot de se former.

Etiologie

  • Idiopathique.
  • Toutes cardiopathies (surtout cardiomyopathies).
  • Valvulopathies mitrales.
  • Hyperthyroïdie.
  • Communication interauriculaire vieillie.
  • Embolie pulmonaire.
  • Péricardites.
  • Post-chirurgie cardiaque.

Les symptômes

  • Liés aux contractions (palpitations, dyspnée) irrégulières (arythmie, tachycardie) mal ressenties par le patient. Surtout marqués dans le formes paroxystiques.

Electrocardiogramme

  • Rythme irrégulier, oscillations de la ligne de base sans ondes P.

Traitement

  • Le médecin pourra donner un médicament antiarythmique (Cordarone, Sotalex) pour contrôler le rythme et revenir à un rythme sinusal régulier (= cardioversion médicamenteuse).
  • Si le retour en rythme sinusal régulier n'est pas possible avec les médicaments, le médecin pourra tenter un choc électrique externe pendant une légère sédation (= cardioversion électrique).
  • Si malgré tout, le rythme ne redevient pas régulier, on se contentera de contrôler la réponse ventriculaire à l'aide de médicaments (Bêtabloquant, dérivés de la digitale, anticalciques...).
  • Il faut dans tous les cas faire la prévention des accidents thromboemboliques par Aspirine ou Sintrom en fonction des facteurs de risque.
     
     
     
     
     
Centre
Evénements
Emplois et stages
Plans
Nos publications
Accueil | Plan du siteFAQ
Vie privéeCopyrightHONcodeWebmaster