AccueilPresseContact
 
Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth - Namur | Accueil
Infos pratiquesServices et médecinsExamens
Nous connaîtreHospitalisationConsultations

CMSE - Imagerie médicale
Foyer Saint-François
Résidence Les Lauriers
Fondation Sainte-Elisabeth
Réseau Santé Wallon
Caritas - Hôpital Solidaire
Solidarité & Espoir
Services et médecins > Services médicaux > Cardiologie > Information médicale > Angor instable

Angor instable
  

Généralités

L'angor instable est encore appelé syndrome de menace d'infarctus. Un angor instable évolue dans 25 % des cas vers un infarctus du myocarde endéans les 8 mois du diagnostic.

Les angors instables sont classés en 3 catégories :

Sévérité :

  • classe I : de novo, sévère
  • classe II : au repos, dernière crise moins de 48 heures
  • classe III : au repos, dernière crise plus de 48 heures

Circonstances cliniques :

  • classe A : secondaire à un facteur déstabilisant
  • classe B : primaire
  • classe C : post-infarctus

Réponse au traitement :

  • sans traitement
  • sous traitement standard
  • sous traitement maximal

L'angor instable est un tournant évolutif de la maladie coronarienne. Sa mise en évidence nécessite une hospitalisation immédiate dans un Service de Cardiologie afin de pouvoir instituer un traitement d'urgence dont le but est d'éviter l'évolution vers l'infarctus myocardique. Un bilan complet de la maladie coronaire du patient doit être réalisé afin de porter des indications thérapeutiques spécifiquement liées au degré de la maladie coronaire du malade.

Physiopathologie :

Identique à l'infarctus du myocarde si ce n'est que l'occlusion thrombotique n'est pas d'emblée complète et que la vasomotricité joue un rôle plus important.

Présentation clinique :

Douleur de type angineuse mais souvent plus forte, survenant au moindre effort, la nuit, au repos, durant plus de  30 minutes, généralement sensible aux nitrés, le plus souvent rétrosternale, mais aussi dorsale, ou territoires d'irradiation. Rarement, simples indigestions.

A l'examen clinique :

on ne retrouve rien de particulier.

Diagnostic :

  • Electrocardiogramme : sus- ou sous-décalages transitoires du segment ST > 1 mm, inversion permanente des onde T en intercritiques.
  • Monitoring segment ST : épisodes asymptomatiques d'ischémie myocardique sont de mauvais pronostic.
  • Enzymes cardiaques : en général absentes sauf Troponine I et T cardiaques, ce qui est aussi de mauvais pronostic.

Traitements :

  • Mesures générales : repos au lit, bêta-bloquants, dérivés nitrés.
  • Antiagrégants, anticoagulants : héparine, antiagrégants plaquettaires
  • Coronarographie diagnostique : choix de la méthode de revascularisation
Centre
Evénements
Emplois et stages
Plans
Nos publications
Accueil | Plan du siteFAQ
Vie privéeCopyrightHONcodeWebmaster