AccueilPresseContact
 
Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth - Namur | Accueil
Infos pratiquesServices et médecinsExamens
Nous connaîtreHospitalisationConsultations

CMSE - Imagerie médicale
Foyer Saint-François
Résidence Les Lauriers
Fondation Sainte-Elisabeth
Réseau Santé Wallon
Caritas - Hôpital Solidaire
Solidarité & Espoir
Services et médecins > Services médicaux > Cardiologie > Information médicale > Angine de poitrine

Angine de poitrine ou angor stable
 

Généralités

L'angine de poitrine se traduit par une douleur thoracique. Cette douleur se produit lorsque l'apport de sang oxygéné dans une région du muscle cardiaque ne suffit pas à la demande. Dans la plupart des cas, l'apport insuffisant en sang est causé par le rétrécissement des artères coronaires.

Présentation clinique :

Facteurs précipitants :

tout ce qui augmente la consommation d'oxygène du myocarde.

Symptômes :

l'angor est habituellement ressenti comme un serrement, une oppression, une lourdeur ou une douleur dans la poitrine, particulièrement derrière le sternum. Cette douleur irradie souvent vers le cou, la mâchoire, les bras (surtout à gauche), le dos et même les dents.  L'angor se produit habituellement pendant l'effort, un stress émotif important ou après un repas copieux. Pendant ces périodes, le coeur a besoin de plus d'oxygène que les artères coronaires rétrécies ne peuvent lui en fournir. L'angine de poitrine disparaît en moin de 10 minutes à l'arrêt du facteur déclenchant. La douleur est sensible aux nitrés. Il peut y avoir des équivalents angineux (dyspnée, fatigue, faiblesse, éructations)

Diagnostic différentiel :

problèmes gastro-intestinaux (reflux, oesophagite, spasme, crise biliaire), syndrome costo-sternal, radiculite cervicale, péricardite aiguë bénigne, hypertension pulmonaire, dissection aortique, embolie pulmonaire, sténose aortique.

Examen clinique :

peu contributif, peut orienter vers un facteur favorisant.

Diagnostic :

  • ECG au repos : normal > 50 % des malades, anomalies du segment ST ou de l'onde T, onde Q si infarctus préalable.
  • Tests d'effort : la maladie coronaire se manifestant surtout à l'effort, il est logique d'essayer de reproduire les symptômes ou les signes d'ischémie à l'effort.
  • Coronarographie : standard de référence. Montre les lésions, leur situation, leur sévérité.
  • La RMN cardiaque : pourrait remplacer la coro dans l'avenir

Pronostic :

Le but de l'évaluation d'un patient coronarien est de prédire ses chances de développer un événement morbide (infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, angor instable, décès) dans le futur et d'essayer de les prévenir par un traitement approprié. Plusieurs facteurs prédictifs d'accidents ultérieurs ont été identifiés :

  • l'anatomie des coronaires, l'étendue du myocarde à risque, la fonction ventriculaire, la viabilité myocardique, la capacité physique, les facteurs de co-morbidité (diabète, insuffisance rénale).

Traitement :

  • Mesures hygiéno-diététiques : correction des facteurs de risques.
  • Traitement de l'accès angineux :  dérivés nitrés, anticalcique.
  • Traitement de fond : Aspirine, Bêtabloquant, réduisant les besoins en oxygène du myocarde.
  • Cathétérisme interventionnel : angioplastie percutanée +/- stents.
  • Chirurgie cardiaque : pontages aorto-coronariens.
     
Centre
Evénements
Emplois et stages
Plans
Nos publications
Accueil | Plan du siteFAQ
Vie privéeCopyrightHONcodeWebmaster