AccueilPresseContact
 
Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth - Namur | Accueil
Infos pratiquesServices et médecinsExamens
Nous connaîtreHospitalisationConsultations

CMSE - Imagerie médicale
Foyer Saint-François
Résidence Les Lauriers
Fondation Sainte-Elisabeth
Réseau Santé Wallon
Caritas - Hôpital Solidaire
Solidarité & Espoir
Services et médecins > Services médicaux > Imagerie médicale > Examens > Résonance magnétique nucléaire cardiaque

La résonance magnétique nucléaire cardiaque

Généralités

L'IRM apporte en premier lieu des informations de nature morphologique avec la possibilité d'obtenir des images dans tous les plans de l'espace.

D'autres séquences permettent une exploration dynamique du coeur (ciné-IRM cardiaque), ou permettent la quantification des flux de manière non invasive en utilisant les mêmes principes que le doppler cardiaque (imagerie de phase) mais également des renseignements d'ordre hémodynamique.

Enfin, la technique d'angio-IRM permet une exploration angiographique non-invasive de l'arbre vasculaire. Elle se caractérise par sa rapidité (imagerie en apnée), la possibilité de reconstruire des plans de coupe selon des orientations multiples et/ou en 3D, alors qu'une simple injection de contraste i.v. (20 ml) est requise.

Indications

Pathologie de l'aorte thoracique

  • Dissections chroniques : suivi évolutif ++ des dissections traitées médicalement (type B) et mise en évidence des complications tardives en particulier la dilatation anévrismale du faux chenal. Particulièrement fiable pour détecter tout changement de taille du vrai et du faux chenal.
  • Dissections aiguës : l'échographie transoesophagienne reste l'examen de première intention en cas de suspicion de dissection aiguë de l'aorte thoracique en particulier chez les patients instables hémodynamiquement.

L'IRM permet d'identifier le flap intimal en cas de dissection et le caractère circulant ou non des vrais et faux chenaux. L'injection de gadolinium peut être nécessaire.

  • Imagerie postopératoire de l'aorte thoracique : évaluation des complications postopératoires après chirurgie de l'aorte thoracique, et notamment la mise en évidence d'un chenal circulant péri-prothétique ou d'un faux anévrisme au niveau du site de l'aortotomie.
  • Anévrisme de l'aorte thoracique : coarctation de l'aorte et anomalie congénitale de l'aorte et de ses branches.
  • Anomalie péricardique et masse cardiaque.
  • Intérêt pour la distinction entre péricardite constrictive et péricardite restrictive de même que pour la confirmation des tumeurs cardiaques suspectées échographiquement.

Contre-indications formelles

  • Stimulateurs cardiaques implantés, neuro-stimulateurs.
  • Clips neuro-chirurgicaux (posés depuis moins de 1 mois ou les anciens clips ferro-magnétiques, datant de plus de 10 ans).
  • Corps étrangers métalliques intra-orbitaires.
  • Valve de Starr-Edwards Pre 6000 (qui n'est plus utilisée depuis environ 20 ans).
  • Certaines prothèses cochléaires.
  • Obésité majeure (diamètre de l'anneau d'examen ne dépassant pas 60 cm de diamètre).

Contre-indications relatives

  • L'agitation.
  • La claustrophobie (prémédication possible).

Conditions de réalisation

Déroulement et durée de l'examen, precautions, risques :

  • Il est inutile que le patient soit à jeun.
  • La sédation est généralement nécessaire chez l'enfant de moins de 8 ans.
  • Les prothèses métalliques, les ostéosynthèses génèrent des artéfacts mais ne représentent pas des contre-indications.
  • La réalisation d'une IRM cardiaque impose une synchronisation électrocardiographique.
  • Les séquences d'angio-IRM requièrent habituellement une injection en bolus de produit de contraste (gadolinium) par voie veineuse (20 ml) et sont habituellement réalisées en apnée.

La durée d'un examen varie entre 20 min et 1 h en fonction de la complexité de l'examen.
 
 
 
 
 

Centre
Evénements
Emplois et stages
Plans
Nos publications
Accueil | Plan du siteFAQ
Vie privéeCopyrightHONcodeWebmaster